Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Simon - I

5 Juin 2013, 00:31am

Publié par Les poésies de Juliette

Il avait neuf ans cette année-là. Ils venaient d'arriver dans cette nouvelle maison, dans cette nouvelle ville.
Il me regardait gravement.
"Tu as sommeil ?" lui ai-je demandé. Il m'a répondu "non" mais ses yeux ne mentaient pas.
J'aurais voulu avoir des bras immenses pour pouvoir le prendre contre moi, comme on prend un petit, tout petit bébé.
Alors nous avons joué, il y avait un bateau, une gare aussi, des trains, des voitures, plein de moyens de transport en fait. Et des chevaux. En fait il n'y avait rien, il racontait des histoires, il était un livre.

Plus tard, il s'était endormi, en chien de fusil, à moitié sur le tapis, au milieu de la pièce. Je l'avais recouvert avec sa couette, maladroitement, de peur de le réveiller. Et je m'étais couchée à côté de lui. Avec toujours cette peur de le réveiller, je ne dormais pas.
A un moment pourtant, la fatigue a dû m'avaler, et plus tard je me réveillais avec une pointe de jour dans la pièce, à peine. Cet instant-là quand il fait encore gris, où l'on devine le froid dehors, le cri de quelques oiseaux, l'humidité.

Cette nuit-là j'avais pensé que jamais je ne ferais ça, moi. Que si j'avais un jour un enfant, je ne lui ferais jamais mal comme ça. Et j'avais pensé aussi, ensuite, que je ne savais pas, que j'allais trop vite, on ne sait jamais pourquoi, comment, la vie des autres, ce que l'on fera, sera.

Un peu après sept heures, j'avais fait quelques pas, pour me dégourdir un peu, le téléphone avait sonné. J'avais décroché. "Oui ?" Elle avait dit "Vous êtes encore là ?" "Oui." Puis un silence, long, gêné. Comme une inspiration plus forte. "Merci." Et puis encore : "Je serai là dans une heure."

Il était réveillé à mon retour dans la chambre. "Tu as faim ?" Il n'avait rien répondu mais ses yeux parlaient toujours pour lui.
Alors nous avions mangé le pain un peu élastique, avec de la confiture. Il ne voulait rien de chaud. Juste ma main sur sa joue.

Commenter cet article

Clémence 05/02/2014 17:07

UN JOUR, un destin... ton chemin, un chemin qui te définit, qui fait ce que tu es, et ce que tu es peut aussi d'une certaine façon me définir, alors je passe la porte entrouverte, et je promène mon imagination...Ca fait du bien de prendre l'air...

Juliette 06/02/2014 11:58

Clémence, je suis très heureuse et touchée que tu apprécies de te promener par ici...

.élodie 18/07/2013 18:12

Mais qui est donc cet enfant? Qui est celle qui l'observe?Que se passe-t-il entre eux?
Je vais lire les articles précédents pour éclaircir des mystères, pour découvrir, qui sait, des secrets...

Juliette 20/07/2013 00:52

J'en dis un peu plus par ici : http://lespoesiesdejuliette.overblog.com/simon-ii
D'autres chapitres suivront peut-être, dans quelques temps.

Et puis, chaque lecteur peut aussi inventer ses propres réponses à toutes ces questions, ces textes sont des portes entrouvertes qui, je l'espère, peuvent susciter l'imagination...