Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musement park

20 Décembre 2013, 21:55pm

Publié par Les poésies de Juliette

Il y avait dans son poing fermé un marron
Il y avait son enfance, un peu essoufflée mais qui s’accrochait
Encore, têtue, à la lisière de ses onze ans fraîchement sonnés
Il y avait celle de ma fille, à peine éclose, les yeux ronds, fascinée
Et la mienne, loin là-bas mais dont l’écho résonnait bien fort jusqu’à nous, en fait
Il y avait son regard à elle qui pétillait et interrogeait
Le sien à lui qui pétillait tout autant, effronté, fanfaron
Et dans le mien leur doux reflet, un peu de buée
Il faisait le plus de cabrioles qu’il pouvait, tuait
L’ennui à grands coups de paroles, de coups de pieds
Elle alignait de petits pas d’un côté de l’autre, riait
Elle absorbait toute la vie autour de tous ses yeux, bouche mi-close, captivée
Et dans ma main la sienne s’agrippait, me lâchait, me rattrapait
Il y eut quelques silences, parce que nous n’étions pas
Tout à fait du même monde, et pas soumis aux mêmes lois
Il y eut des mots quand même, des mots surtout, des mots oubliés
Ils disaient la joie, les jeux, la fierté, l’étrangeté, un moment partagé
Il y eut quelques cris, amusés surtout, des rires aussi
Il y eut leurs mains, le temps d’un jeu, d’un pari, unies.

La semaine d’après nous étions revenues mais il n’était pas là
Et deux presque gamines sur le banc attendaient, l’air las.

Musement park

Commenter cet article